AGRONEO

Ennemis de la vanille : ravageurs et maladies

Article publié , mis à jour . et .

Plante rustique, la vanille a très peu d'ennemis majeurs. La tige est parfois l'objet d'attaque de la part de quelques insectes et peut être victime de maladies fongiques. Contre tous ces ennemis, ont été mis au point des techniques efficaces et respectueuses des normes environnementales. Noté 3.67 sur 5 avec 3 votes

Ravageurs

Quelques coléoptères, des charançons cendrés trouent les fleurs et s'attaquent parfois à la tige. En plus de ces insectes déprédateurs, on retrouve également des chenilles, des forficules, des escargots et des limaces, qui se nourrissent des parties tendres à l'instar des jeunes pousses, des boutons floraux et des gousses immatures. De même, les sauterelles et les crabes sectionnent les extrémités des jeunes plants.

Maladies

Diverses pourritures d'origine fongique affectent le vanillier. Ce sont notamment la pourriture des racines, des extrémités des tiges et des gousses. La chute des gousses immatures est également une maladie fongique.

Pourriture des racines

La pourriture des tiges commence par un brunissement des racines qui entraine un dépérissement. Les feuilles et les tiges jaunissent, puis les feuilles prennent une apparence flasque. Cette maladie est causée par des champignons appartenant aux genres Fusarium et Sclerotium. Comme mesure de contrôle, il est conseillé de couper et de retirer les racines affectées.

Chancre des tiges

Cette maladie se caractérise par l'apparition de points brun sur les tiges et les feuilles. Au bout d'un moment, on assiste au jaunissement des parties touchées, puis à leur pourrissement. Le chancre des tiges du vanillier est dû à une attaque de champignons du genre Phytophtora. La pulvérisation de bouillie bordelaise à 1% ou de phosphonate de potassium à 0,4% permet de venir à bout de cette maladie.

Pourriture des tiges

Des lésions qui donnent à la tige une apparence brune sont le signe de cette maladie. Plus tard les tissus attaqués pourrissent. Les feuilles jaunissent, puis se dessèchent. On doit cette maladie à un champignon du genre Fusarium. Comme mesure de contrôle, il est conseillé d'élaguer les portions affectées et de pulvériser une solution de carbendazime à 0,2%.

Pourriture des gousses

Cette maladie se traduit par la pourriture et la chute des gousses. La pourriture des gousses matures est causée par Phytophtora spp, tandis que la chute des gousses immatures est due à Fusarium spp. La lutte contre ces maladies nécessite des pulvérisations alternées de carbendazime à 0,2% et de bouillie bordelaise à 1%. Ces pulvérisations devront être espacées d'une semaine. En lieu et place de ces substances, on pourra avoir recours à des pulvérisations de phosphonate de potassium à 0,4%.

Pourritures des extrémités apicales

Cette maladie se traduit par le dépérissement des bourgeons terminaux. Ce mal associe des champignons des genres Sclerotium et Fusarium. La pulvérisation chaque quinzaine d'une solution de carbendazime à 0,2% est conseillée pour lutter contre la maladie.

Mesure de prévention des maladies fongiques

L'utilisation de champignons utiles comme Trichoderma et Pseudomonas est recommandée pour prévenir les attaques fongiques. Il a été également démontré que ces organismes amélioraient la résistance du vanillier aux attaques des champignons pathogènes. Des mesures sanitaires telles que l'aération de la plantation, un bon espacement des plants et la rationalisation de la fertilisation peuvent réduire considérablement l'incidence des attaques fongiques.

Svp, notez l'article
3.67 3
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.

Questions