AGRONEO

L'ammi élevé

Article publié , mis à jour . et .

L'ammi élevé ou Ammi majus est une plante de la famille des Apiacées considérée comme une adventice. Elle est de la classe des dicotylédones. On l'appelle parfois « ammi inodore » ou « ammi officinal ». L'ammi élevé à l'état de plantule est glabre et ses feuilles, disposées en rosette, sont alternes. La plantule est brillante, peu vernissée et présente une couleur vert clair. On remarque sur celle-ci un axe hypocotylé court et parfois nul. Ses cotylédons sont étroits et linéaires et ses extrémités sont pointues. Au sommet de la plantule, on aperçoit la première feuille, dont la forme est semblable à une petite main, qui est ovale et dentée. Au niveau de la deuxième jusqu'à la quatrième, le limbe est arrondi ou divisé en segments larges et dentés.

Il arrive de confondre cette plantule de l'ammi élevé avec l'éthuse, le Peigne-de-Vénus et la carotte sauvage. Quant à la plante adulte, elle mesure entre 50 et 180 cm et laisse voir des feuilles très polymorphes. Leurs divisions augmentent toujours vers l'inflorescence. Sur le limbe, on remarque plusieurs dents achevées par un mucron bien en évidence. Blanches, les fleurs de cette adventice sont rassemblées en larges ombelles. Sur la tige, on voit des ramifications à la base. La plante adulte de l'ammi élevé a un développement végétatif assez rapide et luxuriant. On reconnait les semences de la plante par leur couleur brun. Elles mesurent entre 0,7 à 1 mm de large sur 1,5 à 2,2 de long.

Biologie

Il s'agit d'une plante annuelle capable de germer durant toute l'année. Il y a toutefois un pic en sortie d'hiver et au tout début du printemps. On constate un arrêt des germinations lorsque les fortes températures de l'été approchent et une reprise de celles-ci lorsque l'automne arrive. Cette situation est particulièrement fréquente dans les cultures de colzas. Pour parler de la fructification de l'ammi élevé, il faut savoir qu'elle a lieu durant l'été. Ainsi, les cultivateurs des plantes à récolte tardive, comme la betterave et le tournesol, redoute particulièrement cette adventice. Pour une levée optimale de l'ammi élevé, la profondeur d'enfouissement est généralement comprise entre 2 et 5 cm.

Habitat

Cette plante apprécie les sols argilo-calcaires surtout quand ils sont chauds et secs en été. Originaire du bassin méditerranéen, on la trouve dans les grandes cultures réalisées en Charentes, Rhône-Alpes, Champagne, au nord du bassin parisien et en Midi-Pyrénées. L'ammi élevé colonise les cultures de printemps faites dans le Sud dont celles du tournesol, du sorgho et du maïs. Dans le Nord, on justifie son extension par la culture de la betterave où il est difficile de la contrôler. L'ammi élevé est aussi visible sur les pois et les céréales d'hiver. La plante ne représente pas une menace pour les cultures en mode biologique du fait des longs délais observés pour le retour aux cultures d'été.

Facteurs favorables

L'adventice ammi élevé est longtemps présente dans les cultures de sorghos et de maïs du sud de la France. Elle s'est montrée discrète au début des années 80 en étant moins fréquente et pas très abondante. Mais elle a vite profité du développement des surfaces de culture du tournesol en Poitou-Charentes ainsi que de celles de la betterave et du colza au Nord pour s'étendre. L'ammi élevé se signale le plus souvent dans les céréales ou dans les protéagineux d'hiver. Les rotations courtes à base de betterave et de tournesol favorisent la propagation de l'ammi élevé, notamment lorsque les contrôles chimiques ne sont pas au point. Si la plante s'est vite développée, c'est parce qu'elle connait une grande production en graine et a la possibilité de lever durant toute l'année.

Nuisibilité

L'impact de cette adventice sur le rendement est négatif car son développement végétatif exubérant lui fait faire de la concurrence aux cultures du printemps et de l'été. Cela peut même aboutir à l étouffement complet de la culture. Il a été constaté dans le cadre d'une culture du tournesol que 20 pieds par m2 d'ammi élevé entrainent une perte de près de 15% du rendement. L'impact négatif pour les céréales d'hiver est estimé à une perte de 5% pour 10 à 15 pieds par m2. La qualité de la récolte est fortement influencée par cette adventice. Par exemple dans la culture de la carotte, elle engendre de nombreux déchets à la récolte et même des refus de lots.

Lutte

Il est inutile de mettre l'accent sur la rotation de culture car elle ne permet pas d'éviter le développement de l'ammi élevé. Quant au labour, son action sur l'adventice est neutre et permet juste de diluer le stock semencier de la plante. On peut toutefois avoir de bons résultats en pratiquant de faux-semis d'automne et aussi au printemps. Il faut pour cela préparer précocement un lit de semences et attendre 3 à 4 semaines sans toucher le sol. Avec de bonnes conditions météorologiques, les premières germinations de l'adventice seront déclenchées et le stock semencier superficiel de l'adventice pourra être réduit. Si on s'attend à de fortes infestations de la plante, il est possible de décaler légèrement le semis de tournesol vers fin avril ou début mai, le temps de détruire les premières levées. En nettoyant les outils de culture et en faisant un bon entretien des fossés et abords, on peut prévenir le développement de l'ammi élevé.

Svp, notez l'article
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.